Saint-Jean-du-Gard (Gard)

En 1551, la population de Saint-Jean-du-Gard est totalement réformée, grâce aux trois frères vaudois Pierre, Jean et François Barbier, venus du Piémont.

Un temple au centre de la vie religieuse

  • Tour de l'Horloge de Saint-Jean-du-Gard
    Tour de l'Horloge de Saint-Jean-du-Gard © O. d'Haussonville

Les réformés se réunissent d’abord dans des maisons particulières ou, par beau temps, sous les châtaigniers.

De 1562 à 1569, un premier temple est édifié. De forme rectangulaire, il s’élève sur la place entre le château et la maison des trois pignons. Une grande porte orne la façade. Deux portes latérales ouvrent sur la place de l’Esplanade et la rue Combe d’Aze.

Il peut contenir de 800 à 1 000 fidèles. En l’absence de clocher jusqu’en 1669, on utilise la cloche de la Tour de l’Horloge, vestige de l’ancienne abbaye.

À l’intérieur, une vaste tribune est soutenue par des colonnes. D’autres tribunes et galeries seront ajoutées par la suite.

À la fin du XVIe siècle, il ne reste plus que 17 familles catholiques à Saint-Jean-du-Gard, aussi l’église catholique est démolie. Le temple devient le centre de la vie religieuse et politique de la ville. Plusieurs synodes y sont organisés.

Avant la Révocation, en février 1685, le temple est rasé. Les pierres seront réutilisées pour la construction de l’église catholique en 1686.

Ce n’est qu’en 1822 que Saint-Jean-du-Gard aura de nouveau un temple.

Saint-Jean-du-Gard (Gard)

Saint-Jean-du-Gard

Itinéraire vers ce lieu

Bibliographie

  • Livres
    • DUBIEF Henri et POUJOL Jacques, La France protestante, Histoire et Lieux de mémoire, Max Chaleil éditeur, Montpellier, 1992, rééd. 2006, p. 450
    • LAURENT René, Promenade à travers les temples de France, Les Presses du Languedoc, Millau, 1996, p. 520
    • REYMOND Bernard, L’architecture religieuse des protestants, Labor et Fides, Genève, 1996

Notices associées

Au hasard des notices