Saint-Jean-de-Maruejols (Gard)

Du temple, datant de l’Édit de Nantes (1598), subsiste la table sainte.

Deux temples se succèdent

  • Table de Communion du temple de Saint-Jean-de-Maruejols (Gard)
    Table de Communion du temple de Saint-Jean-de-Maruejols (Gard) © DR

Dès la Réforme, un premier temple est construit dans ce village traversé par la Cèze. Il disparaîtra pendant les guerres de religion. Un second temple lui succède après l’Édit de Nantes (1598). Il sera démantelé par les dragons du roi Louis XIV à la Révocation (1685).

Le terrain du temple de 1598 devient jardin

Affecté à une famille « catholique romaine », le terrain du temple est transformé en jardin. Dans les décombres du bâtiment, est retrouvée la table sainte, un très beau plateau en pierre d’asphalte provenant vraisemblablement des mines voisines d’Avéjean. Elle reste dans cette famille catholique jusqu’à la construction du temple actuel, inauguré en 1821.

La table en pierre d'asphalte retourne dans le temple du XIXe siècle

À la construction du temple actuel le propriétaire catholique fait don au consistoire de la table qui était dans son jardin depuis plus de deux siècles.

Saint-Jean-de-Maruejols (Gard)

Saint-Jean-de-Maruejols

Itinéraire vers ce lieu

Bibliographie

  • Livres
    • DUBIEF Henri et POUJOL Jacques, La France protestante, Histoire et Lieux de mémoire, Max Chaleil éditeur, Montpellier, 1992, rééd. 2006, p. 450
    • LAURENT René, Promenade à travers les temples de France, Les Presses du Languedoc, Millau, 1996, p. 520
    • REYMOND Bernard, L’architecture religieuse des protestants, Labor et Fides, Genève, 1996

Notices associées

Au hasard des notices