Midi-Pyrénées

Temple du Salin à Toulouse (Haute-Garonne)

  • Temple du Salin à Toulouse (Haute-Garonne)
    Temple du Salin à Toulouse (Haute-Garonne) © Collection privée

Le Temple actuel du Salin est installé dans l’ancien bâtiment de la Trésorerie royale, édifié vers 1272, lorsque le Comte de Toulouse se rallie aux Capétiens. Il sera utilisé comme tel jusqu’à la Révolution.

En 1792, les bâtiments et jardins sont affectés à l’état et vendus comme biens nationaux. En 1806, les religieuses de Notre-Dame, dites dames du Salin, achètent le couvent et l’église de Saint-Antoine du Salin et la trésorerie contigüe.

En 1904, avec la loi de séparation des églises et de l’état, l’ordre des religieuses est dissous, les biens vendus en huit lots. Deux négociants protestants rachètent la Trésorerie puis la cède à l’association cultuelle, qui la fait aménager en temple par l’architecte Léon Daurès, dans un style néo-gothique. Classé monument historique, le temple du Salin est toujours lieu de culte réformé.

Temple des Carmes à Montauban (Tarn-et-Garonne)

En 1560, la communauté réformée montalbanaise chasse le clergé, occupe et pille les églises. Les pères-carmes quittent leur couvent en 1561 et reviendront seulement en 1635. Le couvent des Carmes et sa chapelle sont alors reconstruits.

À la Révolution, la chapelle des Carmes est achetée par un négociant protestant, Lauzet. Le 20 janvier 1793, Jeanbon Saint-André, pasteur et conventionnel obtient la remise officielle aux protestants de la chapelle qui devient Temple des Carmes.

Temple des Augustins à Montauban (Tarn-et-Garonne)

Comme les Carmes, les Augustins font reconstruire leur couvent après 1632. La nouvelle chapelle sera bénie en 1665. À la Révolution, la chapelle devient temple protestant. Trois tribunes y sont alors ajoutées. Ce temple n’est plus utilisé aujourd’hui.

Temple Jean Calvin ou de la Faculté à Montauban (Tarn-et-Garonne)

  • Montauban, l'ancienne faculté de théologie
    Montauban, l'ancienne faculté de théologie © Collection privée

Un couvent à l’intention des Clarisses est construit en 1640. Après la Révocation, des jeunes filles protestantes seront enfermées dans ses combles pour obtenir par force leur abjuration

Pendant la Révolution, de 1793 à 1795, le couvent sert de prison.

Le 5 juin 1810, un décret impérial remet le bâtiment aux protestants. La chapelle des Clarisses devient lieu de culte réformé. Une faculté de théologie protestante puis un collège Jean Calvin y sont ouverts.

En 1847, les bâtiments sont restaurés, l’ancien couvent devient faculté de théologie protestante et la chapelle des Clarisses est affectée au culte réformé comme aujourd’hui.

Le décor intérieur de la chapelle est remarquable. Les murs sont couverts de panneaux de chêne sculpté. Le décor de stuc serait dû au sculpteur Ingres père. Sur la boiserie supérieure des décors de plâtre datés de 1685 et attribués au sculpteur Dussaud, représentent des objets de culte, des attributs de musique, des nœuds de ruban. Le plafond peint en trompe l’œil est très réussi. Ce temple est toujours utilisé aujourd’hui.

Temple de Castres (Tarn)

  • Temple de Castres (81)
    Temple de Castres (81) © M. de Raïssac

Au XVIe siècle, des luttes fratricides ont opposé protestants et catholiques dans cette petite ville du sud du Massif Central. Place de sûreté des protestants, Richelieu en fait démolir les remparts et Louis XIII décide d’y restaurer le catholicisme.

Les capucins y fondent un couvent très actif jusqu’à la Révolution. En 1791 le Couvent devient propriété communale, la chapelle est dépouillée de son mobilier et sert d’entrepôt de salpêtre ou de grange à fourrages.

En 1795, les protestants se réunissent dans une grange ou dans des maisons particulières. La loi du 11 prairial an III les autorise à demander au corps municipal un local à usage de Temple. La chapelle des capucins leur est proposée, la communauté réformée accepte avec joie. Ils en feront leur Temple. La voûte intérieure est supprimée et remplacée par un plafond.

Au-dessus de la porte d’entrée subsistent les insignes de l’ordre des Capucins : deux bras entrecroisés avec les stigmates, surmontés d’une croix d’où partent des rayons.

Des éléments du cloître des capucins subsistent dans la cour intérieure de l’hôtel Armand Guibal.

L’ancienne chapelle des Capucins est toujours le Temple protestant de Castres.

Orthez (Pyrénées-Atlantiques)

  • Temple d'Orthez (64)
    Temple d’Orthez (64) © Cremer

À la Réforme, les protestants utilisent des églises catholiques pour leurs cultes : les églises Saint Pierre, des Jacobins et des Capucins. En 1620, après l’annexion du Béam, Louis XIII restitue ces églises aux catholiques.

Un temple construit hors les murs en 1624 sera détruit à la Révocation de l’Édit de Nantes (1685).

Après l’Édit de Tolérance (1787), les protestants font élever rue des Innocents une grande salle à usage de temple de 28 m de long sur 10 m de large et 9 m de haut qui sera inauguré en 1790.

En 1793, l’édifice est transformé en écurie pour les chevaux des hussards en garnison dans la ville. Puis de juillet 1794 à 1800 le Temple est fermé. À sa réouverture, il sera restauré. Un grand portail de pierre lui est adjoint. De 1811 à 1815, il est à nouveau transformé en écurie.

Le temple est à nouveau restauré en 1815, sa façade sera ornée d’un péristyle néoclassique à trois arcades et Louis XVIII offrira la grille du portail avec son monogramme. C’est le temple réformé actuel.

Midi-Pyrénées

Midi-Pyrénées

Itinéraire vers ce lieu

Bibliographie

  • Livres
    • LAURENT René, Promenade à travers les temples de France, Les Presses du Languedoc, Millau, 1996, p. 520

Notices associées

Au hasard des notices