Les protestants

Initiée par Luther en 1517, la Réforme a donné naissance à des courants divers, quoique fondés sur des principes communs. Sous l’influence des mouvements de Réveil, de nouvelles dénominations protestantes se sont constituées au fil des siècles.

Quatre modèles de Réforme

  • Croix huguenote
    Croix huguenote © isabelle de Rouville

Au XVIe siècle apparaissent quatre modèles de Réforme qui, tous, adoptent les principes énoncés par Martin Luther (1483-1546) : Jésus Christ seul, l’Écriture seule, la grâce seule, la foi seule.

On distingue ainsi :

– la Réforme luthérienne, instaurée par Luther,
– la Réforme initiée par Zwingli et Calvin (courant réformé),
– la Réforme radicale, avec les anabaptistes,
– la Réforme anglicane, initiée en Angleterre par Henri VIII.

Ces quatre modèles ont donné naissance à des courants divers, présentés sur le schéma de filiation suivant.

Les filiations des courants protestants dans le monde
Les filiations des courants protestants dans le monde © Musée Virtuel du Protestantisme

Les différents courants du protestantisme

  • Strasbourg, Église Saint-Thomas
    Strasbourg, Église Saint-Thomas © S.H.P.F.
  • Cathédrale de Canterbury (1493)
    Cathédrale de Canterbury (1175-1493) © Wikimedia Commons

* Les luthériens ont adopté le modèle de l’Église organisée par Luther, aussi bien sur la doctrine que sur la liturgie. Depuis le XVIe siècle, ils sont restés très proches les uns des autres.

* Les réformés, aussi appelés calvinistes, sont issus du courant développé par Ulrich Zwingli (1484-1531) et poursuivi par Jean Calvin (1509-1564).

Dans les pays anglo-saxons, les réformés sont appelés presbytériens.

Les puritains se rattachent au courant calviniste : ainsi désignés par leurs adversaires après 1560, ils souhaitaient aller plus loin dans la Réforme de l’Église d’Angleterre, jugeant les mesures prises par la reine Élisabeth 1ère trop timides.

* Le mouvement vaudois, créé par Pierre Valdo à la fin du XIIe siècle à Lyon, s’étend dans toute l’Europe au Moyen-Âge ; il rejoint le courant réformé en 1532.

* L’Église hussite, née du mouvement de réforme opéré par Jan Hus au 14e siècle en Bohême et en Moravie, devient progressivement une Église protestante.

* La Réforme radicale se caractérise par la volonté de dépasser les autres Réformes  qui, selon elle, ne vont pas assez loin : en particulier, elle refuse le baptême des enfants. Les courants qui en proviennent sont ceux :

– des huttériens, disciples de Jacob Hutter (1500-1536), qui rejettent toute forme de violence ;

– des mennonites, disciples de Menno Simons (1496-1561), qui veulent l’indépendance de l’Église  et de l’État, et rejettent de même la violence et la guerre ;

– des unitariens, qui contestent le dogme de la trinité et nient la divinité de Jésus-Christ.

Les amish apparaissent en Alsace à la fin du XVIIe siècle, au sein de la communauté mennonite : leur fondateur, Jacob Amann, réclame une plus grande rigueur dans la discipline.

* Le schisme de l’Église d’Angleterre, qui se sépare de Rome en 1534 sous l’impulsion du roi Henri VIII, ouvre la voie à un rapprochement avec le protestantisme : l’Église anglicane adopte en 1563, sous le règne de la reine Élisabeth 1ère, une confession de foi inspirée par la Réforme.

* Les épiscopaliens sont issus des anglicans des États-Unis : après la déclaration d’indépendance de 1776, ils se sont dégagés de la tutelle du roi d’Angleterre, tout en restant dans la communion anglicane.

* De nombreux courants sont issus de mouvements de Réveil au sein de l’anglicanisme depuis le 17e siècle. Comme les courants issus de la réforme radicale, les baptistes, apparus au début du 17e siècle aux Pays-Bas, réservent le baptême aux adultes.

* Les quakers se réunissent en « assemblées des amis », sans chant et en silence, chacun étant libre de sa croyance religieuse.

Les méthodistes, inspirés par John Wesley et George Whitefield, donnent une grande importance à la sanctification par les œuvres, témoin concret de l’état de grâce du croyant.

L’Église adventiste est fondée par William Miller (1782-1849) dans l’attente de la fin du monde et l’espérance du retour du Christ ; elle respecte le sabbat et certaines prescriptions alimentaires de l’Ancien Testament.

Les darbystes sont issus de dissidents de l’Église d’Angleterre qui avaient refusé l’influence de l’État dans la vie de l’Église. Ils relèvent du piétisme avec une théologie réformée. Ils se réunissent en assemblées de frères sous la direction d’anciens.

Les salutistes appartiennent à l’Armée du salut, mouvement fondée par William Booth (1829-1912) pour l’évangélisation en milieu populaire et fortement orienté vers la lutte contre la misère.

*Au 20e siècle, deux mouvements majeurs de Réveil apparaissent.

Les pentecôtistes mettent l’accent sur les conséquences miraculeuses de la foi (guérison, parler en langues), par l’œuvre du Saint-Esprit.

Les charismatiques, proches des pentecôtistes, s’en distinguent par des pratiques cultuelles plus diversifiées et une insistance marquée pour l’épanouissement personnel. Transconfessionnel, le courant charismatique se retrouve également un peu à l’intérieur des autres Églises protestantes et même de l’Église catholique.

Avancement dans le parcours

Bibliographie

  • Livres
    • ARMOGATHE Jean-Robert, Histoire générale du christianisme, PUF, 2010
    • FATH Sébastien, Les Fils de la Réforme, idées reçues sur les protestants, Cavalier bleu, 2012
    • FATH Sébastien, Du ghetto au réseau. Le protestantisme évangélique en France, Labor et Fides, 2005
    • FATH Sebastien, Encyclopédie du protestantisme, Labor et Fides, 2006

Notices associées

Parcours associés

Au hasard des notices