Les protestants loin du front

Si de nombreuses régions ne subissent pas les dommages directs de la Grande Guerre, leur population n’en est pas pour autant épargnée. À cause des nombreuses personnes mobilisées, les communautés protestantes font face à une période de fragilité et de dépeuplement. Les Églises protestantes doivent s’adapter afin de pouvoir continuer à exister et à soutenir l’effort de guerre.

Des communautés fragilisées

  • Brochure
    Brochure « Le sens du sacrifice » par Raoul Allier (1916) © Collection privée

La mobilisation vide les campagnes de ses hommes. Les communautés protestantes ne se composent presque plus que d’enfants, de femmes et de personnes âgées. Certains villages perdent l’unique pasteur de leur paroisse, parti au front : beaucoup de communautés protestantes en France se retrouvent dans la détresse.

La baisse de fréquentation entraîne en outre de nombreux problèmes de fonctionnement au sein des institutions ecclésiales, qui tournent au ralenti et dont certaines sont contraintes à l’arrêt. Si certaines paroisses voient la guerre confirmer une crise commencée auparavant, d’autres en sont par contre directement victimes : à Chateauneuf-sur-Charente (Charente) « tous ses membres, sauf le président, sont mobilisés ou empêchés », peut-on lire sur le registre du conseil presbytéral de 1917 et 1918, rendant impossible la tenue de toutes réunions. Les baisses de revenus entraînent la fermeture d’une école protestante à Pont-Menou (Finistère) en janvier 1916, faisant ainsi le bonheur du recteur catholique de la paroisse…

Se renouveler pour perdurer

  • Carte de correspondance militaire adressée au pasteur Delteil par son fils
    Carte de correspondance militaire adressée au pasteur Delteil par son fils © Collection privée

Face à ces difficultés, les Églises doivent s’adapter afin de combler les absences. Là où c’est possible, une nouvelle répartition des moyens humains permet de maintenir le culte sur place. Les pasteurs encore présents dans leur paroisse vont assurer le culte dans le village voisin qui n’a pas eu cette chance. Quelques paroisses fusionnent pour éviter leur disparition.

Les laïcs sont mis à contribution pour aider au maintien des activités religieuses, tel le trésorier du conseil presbytéral d’Angoulême qui assure avec assiduité la présidence des cultes. Le recours à une aide extérieure est également courant. Alfred Auzouin (77 ans) est l’un des nombreux pasteurs à sortir de sa retraite pour combler les manques. On fait même traverser les Alpes, et la France d’Est en Ouest, à des pasteurs suisses pour venir célébrer le culte en Bretagne.

Quand la réorganisation est impossible, les communautés n’hésitent pas à faire appel aux femmes. Dès 1916 à Jarnac (Charente), on autorise l’entrée de femmes dans le conseil presbytéral. Des épouses de pasteurs partis au front sont également invitées à participer aux séances des conseils. On confie aux femmes la charge des finances de l’Église lorsque le trésorier fait défaut. Mais cette participation féminine reste exceptionnelle, comme une adaptation à la guerre. A Sainte-Foy (Gironde), les femmes ne sont restées en place que pour la durée d’un mandat…

La durée de la guerre et la mort de nombreux pasteurs vont entraîner un renouvellement des cadres.

La participation à l’effort de guerre

  • Monument aux morts de l'Estréchure (30)
    Monument aux morts de l’Estréchure (30) © Collection privée
  • Monument aux morts (Oratoire du Louvre) Paris
    Monument aux morts (Oratoire du Louvre) Paris © Collection privée

Dans les communes, les protestants mettent bien souvent leurs locaux à disposition de l’effort de guerre, permettant la création de nombreux centres d’accueils et d’hôpitaux auxiliaires. Un orphelinat protestant est ainsi créé au Vigan (Gard). Ces infrastructures sont prises en charge par les fidèles eux-mêmes. Les femmes s’engagent souvent comme infirmières volontaires, à l’image d’Henriette Laune, la femme du pasteur de Breuillet (Charentes-Maritimes). Les fidèles s’unissent dans un important effort d’accueil des réfugiés.

La forte participation protestante à l’effort de guerre est aussi spirituelle. Le pasteur Henry Dartigue, en poste dans la Drôme, porte dans les journaux une « parole de foi et de consolation. » Lorsqu’ils s’expriment dans la presse, les protestants affichent leur patriotisme et dénoncent les Allemands qui ne seraient pas de bons chrétiens. Les cérémonies patriotiques sont l’occasion pour catholiques et protestants de dépasser leurs clivages ; les remises de médailles servent de prétexte à des actions communes entre les deux Églises.

Si les destructions matérielles sont inexistantes, les Églises de l’arrière subissent le coût humain du conflit. Partout elles se retrouvent amputées de nombreux membres, pasteurs en tête ; certaines Églises en viennent même à disparaître, faute de personnel pour assurer le culte.

 

Auteur : Maxime Gribal et Corentin Zègre-Sauvain

Avancement dans le parcours

Bibliographie

  • Documents
    • Pasteur Saint-André , Discours imprimé du pasteur Saint-André prononcé sur le front en octobre 1915 | Fichier
  • Livres
    • BONIFACE Xavier, Histoire religieuse de la Grande Guerre, Fayard, Paris, 2014
    • CADIER-REY Gabrielle , Une famille dans la Grande Guerre. Les Monod et leurs alliés, Ampelos, 2018
    • VINARD Paul, Restera-t-il seulement un Noé ? Journal de guerre d’un protestant drômois, Ampelos, 2007
  • Articles
    • CARLUER Jean-Yves, « Les protestants bretons et la Première Guerre Mondiale », Bulletin, Société de l’Histoire du Protestantisme Français, Paris, 2014, Tome 160, p. 291-317
    • CHAMP Nicolas, « Loin du front ? Les protestants de l’Ouest dans la Grande Guerre », Bulletin, Société de l’Histoire du Protestantisme Français, Paris, 2014, Tome 160, p. 291-317
    • COULET Pierre, « Dans l’Ardèche et dans la Drôme, les protestants soudés face à l’épreuve de la Grande Guerre », Bulletin, Société de l’Histoire du Protestantisme Français, Paris, 2014, Tome 160, p. 291-317
    • PACTEAU DE LUZE Séverine, « Le monde passe : protestants de Gironde et de Dordogne face à la Première Guerre Mondiale », Bulletin, Société de l’Histoire du Protestantisme Français, Paris, 2014, Tome 160, p. 319-335
    • SOUCHE Madeleine, « Des Églises cévenoles dans la Grande Guerre », Bulletin, Société de l’Histoire du Protestantisme Français, Paris, 2014, Tome 160, p. 337-371

Parcours associés

Au hasard des notices