Les protestants
et la vie publique

Le dynamisme de la communauté protestante est une des marques du protestantisme français au cours du XIXe siècle, avec deux temps forts : la Monarchie de Juillet avec Guizot, et les débuts de la IIIe République, tous deux illustrés par de profondes réformes dans le domaine de l’enseignement. Les protestants, par leur univers théologique et culturel, seront des facteurs de modernisation de la société française.

Un engagement constant dans le monde contemporain

  • François Guizot (1787-1874)
    François Guizot (1787-1874) © Collection privée

Le mouvement intellectuel français du XIXe siècle s’épanouit sous une double influence :

  • celle de la Révolution française, considéré par beaucoup comme l’événement fondateur pour l’ensemble de la Nation, et qui conduit la plupart des Français à regarder la liberté individuelle comme une valeur fondamentale,
  • celle du développement du mouvement scientifique, qui amène à tenir la science pour un instrument universel.

Pendant toute cette période, dans le monde protestant, ces deux éléments se combinent :

  • Les protestants se considèrent comme faisant partie de ceux qui ont inspiré la Révolution française parce que la Réforme a libéré les chrétiens du joug de la hiérarchie : dans l’affirmation de la doctrine du sacerdoce universel, ils voient l’ancêtre de la doctrine du libéralisme politique et de la démocratie. La plupart d’entre eux se jugent donc les véritables héritiers spirituels de la Révolution, et ont à cœur de montrer aux Français qu’il est parfaitement possible de concilier religion et liberté, l’appartenance au christianisme et la liberté individuelle.
  • Les protestants s’affirment modernes, considérant qu’ils représentent la seule forme de religion adaptée au monde contemporain. Beaucoup se plaisent à utiliser les méthodes scientifiques dans tous les domaines de la connaissance, même dans celui de la théologie.

Guizot est une des figures emblématiques, dont la longue vie illustre les relations entre « Les protestants et le pouvoir ». Les thèmes « Les protestants et la création de l’enseignement républicain » et « Les protestants et l’Affaire Dreyfus » sont, parmi beaucoup d’autres, des exemples de l’influence du monde protestant dans la société française, avec également le contre-coup de l’anti-protestantisme. La « presse protestante » fut, sur toute cette période, par sa diversité, le reflet de débats intellectuels d’une grande vivacité.

Bibliographie

  • Livres
    • BAUBÉROT Jean, Le retour des huguenots ; la vitalité protestante, XIXème-XXème siècle, Éditions du Cerf - Labor et Fides, Paris-Genève, 1985
    • CABANEL Patrick, Les Protestants et la République, Éditions Complexes, Bruxelles, 2000, p. 270
    • CARBONNIER-BURKARD Marianne et CABANEL Patrick, Une histoire des protestants en France, Desclée de Brouwer, Paris, 1998
    • ENCREVÉ André, Les protestants en France de 1800 à nos jours. Histoire d’une réintégration, Stock, Paris, 1985
    • ENCREVÉ André, Protestants français au milieu du XIXe siècle : les Réformés de 1848 à 1870, Labor et Fides, Genève, 1986
    • LÉONARD Émile Guilaume, Histoire générale du protestantisme, PUF, Paris, 1964, Volume 3
    • MAYEUR Jean-Marie et HILAIRE Yves-Marie, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Beauchesne, Paris, 1985-, Tome 9
    • ROBERT Daniel, Les Églises réformées en France (1800-1830), PUF, Paris, 1961

Notices associées

Au hasard des notices