L’application de l’édit
de Nantes jusqu’en 1610

Après l’édit de Nantes, la France connaît une période de paix. Henri IV veille à la bonne application de l’édit qui protège les protestants mais limite l’expansion du protestantisme.

L'enregistrement de l'édit de Nantes

  • Enregistrement de l'Édit de Nantes par le Parlement de Paris
    Enregistrement de l’Édit de Nantes par le Parlement de Paris © S.H.P.F.

L’édit de Nantes, signé en 1598 par Henri IV, mettait fin à 36 ans de guerres de religion. Il s’ensuit une période de paix véritable.

La France est, avec la Navarre, un des rares pays d’Europe admettant officiellement le catholicisme et le protestantisme.

Une fois l’édit signé, Henri IV exige qu’il soit promulgué. Les autorités catholiques essayent de l’empêcher. Les parlements ne pouvant admettre qu’il y ait deux « religions » dans l’État refusent d’enregistrer l’édit. Le parlement de Paris ne cède qu’après un an, en 1599, et ceux de Toulouse, Dijon, Aix et Rennes au bout de deux ans, tandis que celui de Rouen n’enregistre l’édit qu’en 1609, au bout de onze ans.

L'application de l'édit de Nantes

  • Charenton (94) : le 2<sup>ème</sup> temple sous Henri IV
    Charenton (94) : le 2ème temple sous Henri IV © S.H.P.F.

La surveillance de l’application de l’édit est confiée à des commissions mixtes, comportant chacune un catholique et un protestant, désignées par le roi.

Au point de vue religieux, l’édit de Nantes légitime l’installation d’un millier de lieux de culte : ceux qui étaient déjà établis en 1596 et 1597.

Les lieux de culte sont à l’écart des grandes villes, mais Henri IV permet aux protestants de Paris de se réunir à Charenton (Val de Marne), alors que l’édit les renvoyait à 5 lieues (20 km) au moins de la capitale.

En ne reconnaissant que les communautés existantes, l’édit interdit de fait toute expansion du protestantisme. La population réformée est estimée à 1,2 million de fidèles, en incluant le Béarn qui appartient personnellement au roi.

Des « privilèges »

  • Les places de sûreté du parti protestant entre 1598 (édit de Nantes) et 1629 (Paix d'Alès)
    Les places de sûreté du parti protestant entre 1598 (édit de Nantes) et 1629 (Paix d’Alès) © S.H.P.F.

Les protestants sont une minorité religieuse mais aussi un parti qui dispose de « privilèges » (places fortes et assemblées politiques). Henri IV ménage le parti protestant en raison de la rivalité de la France avec l’Espagne qui soutient les catholiques français.

L’édit avait concédé aux protestants des places fortes, dites places de sûreté, pour huit ans seulement. En 1608 Henri IV leur en accorde le renouvellement. Pour Henri IV c’était une protection contre une éventuelle invasion du Sud-Ouest par les Espagnols.

Dès 1601, les protestants obtiennent l’autorisation de tenir à nouveau des assemblées politiques. Il s’agit d’assemblées à forte composante nobiliaire chargées d’élire deux députés des Églises, mandatés pour présenter au roi des requêtes et doléances. Ceci était devenu nécessaire face à l’hostilité du clergé local et des parlements.

En 1610, Henri IV est assassiné par Ravaillac. Les protestants perdent leur protecteur.

Bibliographie

  • Livres
    • CARBONNIER-BURKARD Marianne et CABANEL Patrick, Une histoire des protestants en France, Desclée de Brouwer, Paris, 1998
    • CHEVALIER Françoise, Prêcher sous l’Édit de Nantes, Labor et Fides, 1998

Notices associées

Au hasard des notices