La Conjuration d’Amboise

Gravure de Tortorel et Perrissin

Dès l’accession au trône du jeune François II, le parti réformé décide de le soustraire à l’influence des Guise. L’enlèvement du roi est décidé, mais le complot est vite découvert. Le baron de Castelnau-Châlosse et ses compagnons sont emprisonnés et pendus le 15 mars. Le 18 mars, La Renaudie, chef de la conjuration, rencontre dans la forêt de Château-Renaud, Pardailhan associé aux Guise : un combat s’engage au cours duquel Pardailhan et La Renaudie sont tués. Le lendemain, les conjurés, malgré la perte de leurs chefs, assaillent la ville d’Amboise. L’assaut est réprimé et les conjurés exécutés le jour même pour crime de lèse-majesté.L’estampe présente les quatre événements majeurs de la conjuration qui se déroulèrent sur sept jours : à gauche de l’arbre central, l’assassinat de Pardailhan, la capitulation du baron de Castelnau-Châlosse et l’assaut désespéré des réformés ; à droite, les négociations entre le duc de Nemours et les conjurés et la capture des troupes huguenotes.

La rencontre de Pardailhan et de La Renaudie occupe une place particulière, au premier plan à gauche. Malgré une apparente cohérence, elle regroupe plusieurs actions : la rencontre des protagonistes, la chute de cheval de La Renaudie, l’assassinat de Pardailhan puis celui de La Renaudie. Ce dernier est représenté deux fois : lorsqu’il attaque Pardailhan à cheval et lorsqu’il le tue d’un coup d’épée. La multiplicité de ces actions est structurée par les éléments du décor.

Conjuration d'Amboise (15 mars 1560)
Conjuration d'Amboise (15 mars 1560) © S.H.P.F.

Avancement dans l'exposition

Au hasard des notices