Olivier de Serres (1539-1619)

Il fait de l’agriculture une véritable science.

Un agronome novateur

D’une famille protestante, originaire d’Orange, Olivier de Serres naît à Berg en Vivarais. Il devient diacre de l’église protestante de ce lieu. Au cours des guerres de religion, il consacre tous ses efforts au maintien de la paix confessionnelle.

Sa passion pour l’agronomie l’amène à mettre en valeur son domaine de Pradel dont il fait une véritable ferme modèle grâce à des méthodes très innovantes pour l’époque : l’assolement, le soufrage de la vigne, la propagation de cultures nouvelles (maïs, houblon, betterave, riz, garance).

Il est appelé à Paris par Henri IV et fait planter 20 000 mûriers dans le jardin des Tuileries, ce qui permet de généraliser la culture du ver à soie.

Son Théâtre d’agriculture et mesnage des champs, publié en 1600, témoigne non seulement de la qualité de ses connaissances – c’est le premier traité d’agronomie – mais aussi de son engagement spirituel. Pour lui la culture de la terre est inséparable d’une réflexion sur l’usage que l’homme en fait, à la gloire de Dieu.

Bibliographie

  • Livres
    • GOURDIN Henri, Olivier de Serres, science, expérience, diligence en agriculture au temps de Henri IV, Actes Sud, Arles, 2001
    • LEQUENNE Fernand, La vie d’Olivier de Serres, Juillard, Paris, 1945
    • LEQUENNE Fernand, Olivier de Serres, agronome et soldat de Dieu, Berger-Levrault, Paris, 1983
    • SERRES Olivier (de), Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs, Slatkine, Genève, 1991

Notices associées

Au hasard des notices

p
u
b
l
i
c
i
t
e