Les académies réformées au XVIe et XVIIe siècles

Dès 1565, les synodes des Églises réformées se sont préoccupés de la formation des pasteurs, exhortant les Églises à ouvrir des collèges (préalable nécessaire à l’enseignement supérieur), et des universités ou « académies » (sur le modèle de l’académie fondée par Calvin à Genève en 1559) .

Cependant, jusqu’à la fin du XVIe siècle, on ne compte qu’une académie réformée dans le royaume : Nîmes. Les futurs pasteurs français pouvaient aussi se former à l’académie de Genève ou dans trois autres académies situées sur des territoires limitrophes du royaume : Orthez, Orange et Sedan.

Nîmes

  • Les Académies protestantes
    Les Académies protestantes © Musée international de la Réforme, Genève
  • Pierre Viret (1511-1571)
    Pierre Viret (1511-1571) © S.H.P.F.

1561 : le consistoire décide qu’une école de théologie – inspirée de l’académie de Genève- serait adjointe au collège des Arts (constitué en 1539, sur le modèle de celui de Jean Sturm à Strasbourg : 1538).

1664 : interdiction de l’académie (en même temps que la prise en charge du collège par les jésuites).

Professeurs célèbres :
Théologie :

  • Pierre Viret (de 1561 à 1562)
  • Jean de Serres (de 1579 à 1591) (enseigne aussi le grec et la philosophie)
  • Jean Claude (de1656 à 1661)

Philosophie : David Dérodon (de 1654 à 1663)

Orthez

  • Jeanne d'Albret, reine de Navarre
    Jeanne d’Albret, reine de Navarre © S.H.P.F.

1566 : Jeanne d’Albret, reine de Navarre, fonde à Orthez un collège avec une académie (professeurs de théologie, grec, hébreu, philosophie, mathématiques, musique).

1583 : Henri de Navarre lui donne le titre d’université royale de Béarn (délivrant des diplômes, non seulement de théologie, mais aussi de sciences, droit, médecine).

1620 : suppression de l’académie, à la suite de l’annexion du Béarn au royaume de France.

Professeurs célèbres :
Théologie :

  • Pierre Viret (en1571)
  • Nicolas des Gallars (en 1579)
  • Lambert Daneau (de 1583 à 1593)

Orange

  • Dragonnade à Orange (1685)
    Dragonnade à Orange (1685) © S.H.P.F.

1573 : le comte Ludovic de Nassau adjoint un collège à l’Université de sa principauté d’Orange (université qui existait depuis 1365) et lui donne le titre d’académie.

1686 : dragonnade à Orange et occupation par les troupes françaises jusqu’en 1697.

Professeurs célèbres :

  • Théologie : Jean de Serres (de 1591à 1597)
  • Grec : Alexandre Morus (de 1638 à 1649)
  • Philosophie : David Derodon (de 1639 à 1654)

Sedan

  • Pierre du Moulin, pasteur
    Pierre du Moulin, pasteur © S.H.P.F.

1579 : ouverture d’un collège, à l’initiative de Françoise de Bourbon, veuve de Henri-Robert de la Marck.

1601 : le synode national de Gergeau soutient le développement du collège comme académie (quoique la principauté de Sedan n’ait été rattachée à la France qu’en 1642, l’Église et l’académie de Sedan ont été ainsi précocement intégrées dans le réseau synodal des ERF).

1681 : suppression de l’académie.

Professeurs célèbres :
Théologie :

  • Pierre Du Moulin (de 1621 à 1658)
  • Pierre Jurieu (de 1673 à1681) (enseigne aussi l’hébreu)

Philosophie : Pierre Bayle (de 1675 à 1681)

En 1596, le synode général de Saumur décide la création de deux académies réformées entretenues par l’ensemble des provinces. Saumur était nommément prévue, mais les deux premières furent Montpellier et Montauban.

Montpellier

1596 : le consistoire de Montpellier institue une école de théologie.

1609 : une chaire de théologie, une d’hébreu et une de grec, une de philosophie.

1617 : le synode national de Vitré décide la réunion des deux académies de Nîmes et de Montpellier, ce qui se fit au profit de celle de Nîmes.

Professeurs célèbres :
Théologie :

  • Jean Gigord (de 1595 à 1617)
  • Michel Le Faucheur (de 1612 à 1617)

Grec, Histoire et Éloquence : Isaac Casaubon (de 1596 à 1599)

Montauban

  • Puylaurens, académie protestante
    Puylaurens, académie protestante © S.H.P.F.

1579 : ouverture d’un collège.

1598-1600 : naissance de l’académie, installée dans les bâtiments du collège, avec une bibliothèque.

1600 : deux professeurs de théologie, un d’hébreu, un de grec, deux professeurs de philosophie (les chaires de mathématiques, de jurisprudence, de médecine étaient prévues mais sont restées vacantes, faute de ressources).

1659 : à la suite d’une émeute mettant aux prises écoliers catholiques et réformés, l’académie est transférée à Puylaurens par arrêt du Conseil du roi.

1685 : suppression de l’académie de Puylaurens.

Professeurs célèbres :
Théologie :

  • Daniel Chamier (de 1612 à 1621)
  • John Cameron (en 1624 et 1625)
  • Antoine Garissolles (de 1628 à 1651)

Saumur

  • Philippe Duplessis-Mornay (1549-1623)
    Philippe Duplessis-Mornay (1549-1623) © S.H.P.F.

1599-1600 : naissance de l’académie, grâce au soutien de Du Plessis-Mornay, avec deux chaires de théologie, une d’hébreu, une de grec et deux de philosophie.

1635-1660 : période de grand rayonnement de l’académie, dont plusieurs professeurs (Amyraut, Louis Cappel, La Place) font preuve d’audace par rapport à l’orthodoxie réformée.

1685 : suppression de l’académie.

Professeurs célèbres :
Théologie :

  • John Cameron (de 1618 à 1622)
  • Moïse Amyraut (de 1626 à 1664)
  • Louis Cappel (de1626 à 1657)
  • Isaac d’Huisseau (de1630 à 1670)
  • Josué de La Place (de 1631 à 1655)
  • Claude Pajon (de 1666 à 1667)

Hébreu :

  • Louis Cappel (de 1613 à 1657)
  • Jacques Cappel (de 1657 à 1685)

Philosophie :

  • Josué de La Place (de 1621 à 1625)
  • Jean-Robert Chouet (de 1664 à 1669)

En 1620, le synode national d’Alès établit des Statuts généraux pour les académies. Dans chaque académie l’enseignement comporte la théologie (un ou deux professeurs pour l’Écriture sainte et un pour les « lieux communs »), l’hébreu, le grec, la philosophie, la rhétorique et les mathématiques. On compte alors cinq collèges ayant rang d’académie (outre Sedan) : les quatre précitées ( Montauban, Nîmes, Saumur, Sedan) et une plus récente : Die.

Die

1596 : ouverture d’un collège.

1604 : ouverture d’une académie (une chaire de théologie, une d’hébreu, deux de philosophie).

1684 : suppression de l’académie.

Professeurs célèbres :
Théologie : David Eustache (de 1638 à 1641)
Philosophie : David Derodon (de 1634 à 1639)

À l’époque du synode de Loudun (1659-1660), le réseau académique réformé semble bien en place ; les académies de Saumur, Sedan et Montauban bénéficient même chacune d’une aura intellectuelle spécifique. Mais dès ce moment la politique royale vise à affaiblir les Églises réformées et en particulier les académies, en multipliant les tracasseries juridiques. Occupées par le souci de leur survie et les difficultés financières, les académies s’étiolent, avant même d’être officiellement interdites, entre 1681 et 1685, par des arrêts du Conseil du roi.

Auteur : M. Carbonnier-Burkard

Parcours associés

Au hasard des notices

p
u
b
l
i
c
i
t
e