Le Refuge huguenot
en Angleterre

L’Angleterre, ancienne terre d’asile.

Première vague : création de nombreuses Églises françaises

  • Elizabeth I, reine d'Angleterre (1533-1603)
    Elizabeth I, reine d'Angleterre (1533-1603) © S.H.P.F.
  • La Saint Barthélemy : 24 août 1572 à Paris
    La Saint Barthélemy : 24 août 1572 à Paris © S.H.P.F.

Les premiers arrivants apparaissent très tôt, dès les premières persécutions. Ils proviennent de la façade atlantique, Picardie, Normandie, Bretagne, Gascogne. L’avènement du très jeune roi Édouard VI (roi de 1547 à 1553) accélère le mouvement : encouragé par son oncle le Protecteur Somerset et Thomas Crammer archevêque de Canterbury, le roi accorde sa protections aux réfugiés : en 1550 il reconnait l’existence de l’Église des Étrangers de Londres, la consacre comme « Église établie » au même titre que l’Église d’Angleterre. Des personnalités importantes de la Réforme comme Bucer sont sollicitées pour venir.

Après une interruption sous le règne de Marie Tudor (reine de 1553 à 1568), princesse catholique très hostile au protestantisme (« Bloody Mary »), le Refuge protestant reprend sous Elizabeth Ière (1558-1603), qui offre asile et protection à tous ceux qui fuient les persécutions, en particulier celles faites par le duc d’Albe dans les Pays-Bas espagnols. Ces réfugiés, auxquels s’ajoutent des Wallons francophones s’installent en communautés autour des Églises qu’ils fondent dès 1561 à Canterbury (où subsiste la chapelle huguenote sous la cathédrale), puis à Norwich, Southampton, Londres. Ils sont tous d’obédience calviniste. Autour des années 1560-1570, le nombre de réfugiés est estimé entre 6 000-7 000 ; au point de vue professionnel ils exercent des métiers artisanaux, mais aussi de commerce, transport, alimentation ; par contre le monde rural n’est pas représenté.

L’émotion provoquée par la Saint-Barthélemy est vive, la reine et la Cour revêtent leurs habits de deuil, la conversion obligée des enfants leur parait particulièrement choquante. La tragédie parisienne précipite un afflux de rescapés, venus surtout de Normandie, et le consistoire de l’Église française doit ajouter un culte hebdomadaire le dimanche à 7 heures. Avec l’Édit de Nantes, le nombre de réfugiés diminue, passant de 5 300 en 1573 à 3 500 en 1581, 1 500 en 1618, remontant à 3 500 après les terribles années de 1620 à La Rochelle. L’Angleterre abritait dans les années 1680 environ 8 000 à 10 000 huguenots, dont la moitié à Londres, l’autre moitié dans la partie orientale du pays, les deuxième et troisième générations s’assimilant dans l’Église anglicane. La Révocation va entrainer une seconde immigration beaucoup plus importante.

Le grand Refuge

  • Le Refuge
    Le Refuge © Musée international de la Réforme, Genève
  • Édit de Fontainebleau : révocation de l'édit de Nantes
    Édit de Fontainebleau : révocation de l’édit de Nantes © Archives Nationales

Après la Révocation (1685), 40 000 à 50 000 huguenots se réfugient en Angleterre, la plupart provenant de Normandie (25%) et du Poitou (40%), empruntant les ports de Bordeaux, La Rochelle, Nantes. Les réfugiés sont pris en charge par les communautés existantes du premier Refuge. Ils sont pourvus de passeports, et des avantages leur sont accordés : taxes au même taux que celles des natifs, leurs enfants pourront suivre les mêmes écoles et collèges. Les réformés s’installent dans les grands centres de Canterbury et surtout à Londres où l’on compta en 1700 jusqu’à 14 églises françaises. A Londres est créée une maison de charité « La Soupe », et l’hôpital français « la Providence » est fondé en 1718.

Dans cette période particulièrement troublée de l’histoire de l’Angleterre, l’influence de la politique royale vis-à-vis du Refuge a varié : Charles II (roi de 1630 à 1681) favorise l’installation des huguenots, leur naturalisation et lance un appel à la charité en leur faveur ; son frère Jacques II (roi de 1685 à 1688) s’affirme catholique, mais, hostile à la violence religieuse, aura une attitude modérée vis-à-vis des réfugiés français, retardant surtout les publications concernant la Révocation ; il favorise une tentative d’installation huguenote en Irlande.

Il faut attendre son beau-frère, Guillaume III d’Orange (roi de 1689 à 1702), qui après avoir envahi l’Angleterre met fin à la dynastie des Stuarts et se fait le défenseur déclaré de la foi protestante ; il assure les Français du Refuge de sa protection. En 1709, la reine Anne accorde le droit de cité à tous les réfugiés établis dans le royaume.

On estime qu’à la fin du XVIIe siècle, 50 000 huguenots ont trouvé asile en Angleterre soit 1% de la population du pays.

Apports du Refuge

Comme dans tous les pays du Refuge, l’apport des huguenots à leur pays d’accueil a été significatif : négociants, manufacturiers, artisans ont été actifs dans les domaines de l’industrie de la soierie, de la joaillerie, du ruban, du papier. Architectes, peintres et graveurs ont participé à l’embellissement des palais et jardins.

Les huguenots sont très présents dans la vie financière et surtout culturelle, la liberté de la presse ayant été instaurée dès 1689. Parmi les publications qui paraissent, plusieurs sont le fait de huguenots : le « Post-man » d’un pasteur du Périgord sort trois fois par semaine et relie la diaspora huguenote, les « Gentleman’s magazine », de même que le « Postboy » sont lancés par des huguenots. C’est un habitant des Cévennes qui traduit l’œuvre du républicain anglais John Locke.

Refuge et politique internationale

  • Louis XIV
    Louis XIV © S.H.P.F.

Le Refuge a sans doute sa part dans la rivalité qui oppose France et Angleterre à la fin du XVIIe siècle. Guillaume III d’Orange, arrive au pouvoir en 1689 en Angleterre à la faveur de la « Glorieuse Révolution », son armée est dirigée par Frédéric-Armand de Schomberg, d’origine allemande, maréchal de France resté fidèle au protestantisme et qui avait reçu l’autorisation de quitter la France dès la Révocation .C’est le même, dont l’armée comporte 3 000 huguenots réfugiés en Hollande, qui va vaincre à la bataille de Boyne (1690) les Jacobites catholiques irlandais alliés de Louis XIV. Guillaume est ainsi au premier rang des belligérants protestants face aux puissances catholiques que sont la France et l’Espagne. Par opposition à l’absolutisme incarné par Louis XIV, la couronne anglaise s’affirme comme une monarchie parlementaire.

L’Église protestante française de Londres

Édouard VI avait signé le 24 juillet 1550 les lettres patentes qui reconnaissent l’existence de l’« Église des Étrangers » de Londres. La nomination des pasteurs doit être approuvée par le souverain (tradition toujours en vigueur). Cette Église comporte différentes nationalités, français, néerlandais, allemands, d’où des problèmes linguistiques : les Français partent s’installer dans un autre lieu de culte, à Threadneedle Street qu’ils occuperont pendant 300 ans. Après la Révocation, devant l’afflux de réfugiés, une trentaine d’églises sont créées à Londres et une dizaine dans le reste du pays. Du fait de la rapide assimilation, beaucoup d’églises fermeront. Au début du XIX° siècle, il ne reste que trois églises françaises à Londres et quelques églises à Canterbury et Brighton. L’actuelle et unique Église protestante française de Londres est installée dans Soho Square.

Avancement dans le parcours

Bibliographie

  • Livres
    • BATISSE François, Londres huguenot, Église protestante française de Londres, Londres, 1978
    • CABANEL Patrick, Histoire des Protestants en France (XVIe-XXIe siècle), Fayard, 2012
    • COTTRET Bernard, Terre d’exil. L’Angleterre et ses réfugiés français et wallons de la Réforme à la Révocation de l’édit de Nantes, Aubier, Paris, 1985
    • SCHICKLER Fernand (de), Les Églises du Refuge en Angleterre, Fischbacher, Paris, 1892, Volume 3
  • Articles
    • CABANEL Patrick, « Enchanter, désenchanter, l’histoire du Refuge Huguenot », Bulletin de la SHPF, Paris, 1967, Tome 2, p. 409-420

Parcours associés

Au hasard des notices

p
u
b
l
i
c
i
t
e