Le Conseil national des évangéliques de France (CNEF)

Le Conseil national des évangéliques de France est créé en 2010. Il rassemble la plupart des unions d’Églises protestantes évangéliques. Certaines de ces unions d’Églises sont aussi membres de la Fédération protestante de France.

Le mouvement évangélique en France lors de la création du CNEF

  • Logo du CNEF
    Logo du CNEF

Le mouvement évangélique se réclame de la Réforme, tout en souhaitant apporter un renouveau de témoignage. Les communautés qui en font partie sont en expansion. Mais les différentes Églises sont très dispersées et ont peu de relations entre elles, malgré les structures existantes :

  • L’Alliance évangélique française fait partie de l’Alliance évangélique mondiale dont l’origine remonte à la création en 1846 de l’Alliance évangélique en Angleterre.

L’Alliance évangélique mondiale constitue un réseau de 3 millions d’Églises locales rassemblant plus de 300 millions de chrétiens évangéliques dans plus de 120 pays.

La branche française  fusionne avec le CNEF en 2010, lors de la création de celui-ci.

  • La Fédération évangélique de France est créée en 1969 pour regrouper les Églises évangéliques, les représenter auprès des autorités et affirmer les vérités bibliques communes. Mais un bon nombre d’Églises évangéliques n’adhèrent pas à cette fédération.

En février 2010, elle change de nom  pour devenir le Réseau fraternel évangélique français (Réseau FEF) et se concentrer sur ses missions de courant spirituel.

  • La Fédération protestante de  France (FPF) est fondée en 1905. Elle rassemble en 2010 une grande partie des unions d’Églises protestantes : il s’agit des Églises luthériennes et réformées, d’une partie des Églises évangéliques et de quelques Églises pentecôtistes.

Histoire du Conseil national des évangéliques de France (CNEF)

2001 : une première réunion d’unions d’Églises et d’institutions de formation biblique se tient à Nogent-sur-Marne à l’invitation du conseil national de l’Alliance évangélique française et du comité national de la Fédération évangélique de France.

2003 : le conseil national des Évangéliques de France est créé comme  » lieu d’échange, de réflexion, de concertation et de prière, une plate-forme en vue de renforcer les liens et la visibilité du protestantisme évangélique français, dans le respect de ses diversités”.

2007 : le CNEF décide de se doter d’une structure juridique officielle et définit son projet qui reprend les engagements de l’Alliance évangélique française et certaines des missions de la Fédération évangélique de France, notamment celles de représentation.

15 juin 2010 : officiellement créé par une assemblée générale constitutive qui adopte les statuts.

Les membres du CNEF

Les unions d’Églises, membres du CNEF, sont regroupées en 4 pôles :

  • les Églises protestantes évangéliques qui font aussi partie de la Fédération protestante de  France,(en effet  une partie des membres de la Fédération protestante de  France a rejoint le CNEF, sans quitter la FPF, notamment la Fédération des Églises évangéliques baptistes de France)
  • les Assemblées de Dieu (pentecôtistes),
  • les Églises protestantes évangéliques non pentecôtisantes et rattachées au réseau FEF (ex Fédération évangélique de France),
  • les Églises pentecôtistes et charismatiques.

Le CNEF comporte aussi un 5e pôle constitué de nombreuses œuvres membres.

Organisation du CNEF

Le CNEF comporte trois comités :

  • un comité représentatif du CNEF qui définit sa politique,
  • un comité théologique,
  • un comité consultatif.

Il comporte aussi plusieurs commissions, dont

  • la commission d’évangélisation
  • et un groupe de conversation avec les catholiques;

Le CNEF entretient des relations de concertation régulières avec la FPF.

La spécificité évangélique

Le CNEF se réclame de l’héritage de la Réforme protestante du 16e siècle, notamment de la Réforme radicale ou anabaptiste-mennonite et des mouvements de Réveils postérieurs. Ses membres peuvent avoir des sensibilités différentes sur des points jugés non séparateurs mais partagent la conviction évangélique commune exprimée dans la confession de foi de l’Alliance évangélique.

La foi évangélique se caractérise par :

  • un profond attachement à la Bible, Parole de Dieu, qui représente l’autorité, notamment pour ce qui concerne les règles de la vie morale : les évangéliques lisent beaucoup la Bible.
  • la conversion personnelle à Jésus-Christ qui, par une « nouvelle naissance », permet de devenir véritablement chrétien,
  • le désir de témoigner de l’Évangile.

Parmi les évangéliques, les pentecôtistes se caractérisent par leur attachement aux dons du Saint-Esprit: parler en langues et dons de guérison du corps et de l’âme.

Les objectifs du CNEF

Parce qu’il croit que l’Évangile de Jésus-Christ répond au besoin essentiel de l’homme d’aujourd’hui, le CNEF souhaite rendre plus perceptible la présence des évangéliques dans la société. Il souhaite être la voix des protestants évangéliques pour faire entendre, lorsque cela est nécessaire, une parole appropriée.

Ses objectifs principaux sont :

  • Améliorer la visibilité du protestantisme évangélique ;
  • Favoriser la concertation et la collaboration entre ses membres de façon à développer leur action ;
  • Encourager l’évangélisation, la formation, l’entraide et le témoignage chrétien ;
  • Stimuler la vision de l’implantation de nouvelles Églises locales pour qu’il y en ait au moins une pour 10 000 habitants en moyenne, afin que le message de l’Évangile s’incarne en tout lieu.

Les évangéliques en France

  • Etienne Lhermenault, Président du CNEF
    Etienne Lhermenault, Président du CNEF © Conseil National des Évangéliques de France

Au moment de la Réforme, au 16e siècle, les anabaptistes et mennonites, ancêtres de certains courants évangéliques, ne réussissent pas à s’implanter dans le royaume de France. Des mouvements du Réveil apparaissent à l’étranger au 17e et surtout  au 18e siècle avec John Wesley en Angleterre. Mais ce n’est qu’au 19e  siècle, après le Concordat que, suite à un effort missionnaire, le Réveil s’implante en France et des Églises évangéliques libres sont fondées avec l’aide financière d’Églises anglaises et américaines.

Les Églises pentecôtistes apparaissent au 20e siècle.

La pratique religieuse est très développée. L’autorité de ces Églises s’exerce dans le domaine de la foi et dans la morale personnelle. Les femmes pasteurs y sont très peu nombreuses.

En France, comme dans le monde, les évangéliques sont en croissance et, parmi eux, ce sont les pentecôtistes qui sont en plus forte expansion avec la création de nouvelles Églises, dont quelques « megachurches » (énormes Églises offrant certains services sociaux à leurs paroissiens, comme il en existe aux États-Unis).

En 2012, il existe plus de 2350 Églises locales protestantes évangéliques, en augmentation de plus de 1500 depuis 1970, dont 2000 sont en métropole. L’objectif à long terme des évangéliques est de passer en métropole d’une Église pour 30 000 habitants à une Église pour 10 000 habitants.

www.lecnef.org

Bibliographie

  • Livres
    • FATH Sébastien, Le protestantisme évangélique, un christianisme de conversion, Editions Brepols, 2004
    • FATH Sébastien et WILLAIME Jean-Paul, La nouvelle France protestante, Essor et recomposition au XXIe siècle, Labor et Fidès, Mayenne, 2011

Notices associées

Au hasard des notices

p
u
b
l
i
c
i
t
e