L’Armée du Salut

Œuvre d’évangélisation et de travail social en milieu populaire, née en Angleterre, l’Armée du Salut s’implante en France en 1881.

La guerre à la misère

  • William Booth (1829-1912) fondateur de l'Armée du Salut
    William Booth (1829-1912) fondateur de l’Armée du Salut © M. Muller - Armée du Salut

Dans l’Angleterre en pleine révolution industrielle, le prédicateur William Booth fonde une œuvre à caractère social et spirituel : la mission chrétienne qui devient en 1878 l’Armée du Salut.

William Booth veut déclencher une véritable guerre à la misère. C’est pourquoi il met sur pied une armée qui a ses officiers, ses soldats, son état-major et dont il est le premier général. Le monde à gagner est le champ de bataille. Pour atteindre les masses populaires, W. Booth sort des sentiers battus : défilés dans les rues, fanfares, réunions en plein air et dans les cafés. L’opposition est très vive au début.

L'implantation en France

  • Catherine Booth (1829-1890), «mère de l'Armée du Salut»
    Catherine Booth (1829-1890), «mère de l’Armée du Salut» © M. Muller - Armée du Salut

En 1881, l’Armée du Salut s’implante à Paris avec Catherine Booth, la fille du général, âgée de 22 ans. Aidée de deux camarades de son âge, elle s’installe en plein quartier populaire de Belleville-Ménilmontant. Les débuts sont difficiles : rires, quolibets, chahuts. Les parisiens surnomment Catherine : « La Maréchale ».

L’Évangélisation est accompagnée d’un grand travail social : hôtelleries populaires, maisons pour jeunes filles en danger.

De nombreux postes de l’Armée du Salut sont créés dans toute la France.

Notices associées

Au hasard des notices

p
u
b
l
i
c
i
t
e