Gaspard de Coligny (1519-1572)

Gaspard de Coligny, de la puissante famille des Châtillon, se trouve très naturellement au service des rois de France. Pourtant, après avoir été capturé au siège de Saint-Quentin, il se convertit à la Réforme et il devient alors un des chefs militaires du parti protestant, combattant la Couronne et les Guise. Il meurt assassiné lors des massacres de la Saint-Barthélemy en 1572.

Une vie de militaire au service de la couronne

  • Gaspard de Coligny (1519-1572)
    Gaspard de Coligny (1519-1572) © S.H.P.F.
  • Anne de Montmorency (1493-1567) © Collection privée
  • Charlotte de Laval (1530-1568) épouse de Gaspard II de Coligny
    Charlotte de Laval (1530-1568) © ?
  • Odet de Coligny-Châtillon (1517-1571) © Wikimedia Commons
  • François d’Andelot (1521-1569) © Wikimedia Commons

Gaspard II de Châtillon, seigneur, puis comte de Coligny, est le troisième fils de Gaspard I de Coligny, maréchal de France, et de Louise de Montmorency, la sœur du connétable Anne de Montmorency. Son frère aîné Pierre, seigneur de Châtillon meurt en 1528 ; son deuxième frère Odet, cardinal en 1533, archevêque de Toulouse, se convertit au protestantisme, se marie et laisse plusieurs enfants, il meurt en Angleterre ; son frère cadet, François, seigneur d’Andelot, est son compagnon de lutte pour la cause protestante.

A la mort de leur père, en 1522, le connétable prend les enfants Coligny sous sa protection. Quand Louise de Montmorency est nommée dame d’honneur de la reine, les frères Châtillon se lient d’amitié avec les Guise. Toute la vie de Coligny reste marquée par sa relation avec les Guise.

Gaspard reçoit à la Cour une formation humaniste. Il a une jeunesse studieuse et se destine à la carrière des armes avec son frère François d’Andelot, tandis que son autre frère Odet de Châtillon reçoit le chapeau de cardinal à l’âge de 16 ans.

Dès 1542 Coligny entre dans les armes et se bat sans relâche pour le compte de François 1er, puis de Henri II, contre les Espagnols et leurs alliés d’une part, et les Anglais d’autre part. Il montre un grand courage et il est blessé à plusieurs reprises. Il participe à la reprise de Boulogne aux Anglais et négocie avec eux la restitution de la ville, se révélant un grand diplomate.

En 1547, Coligny épouse Charlotte de Laval. Le couple a huit enfants.

Les guerres d’Italie opposent la France aux Habsbourg de 1494 à 1559, les terrains de batailles sont aussi bien l’Italie que le Nord de la France et les Provinces Unies : c’est un duel entre les Valois et les Habsbourg pour la suprématie en Europe.

En 1552, Henri II s’empare des trois évêchés (Metz, Toul et Verdun). Les troupes de Charles Quint assiègent Metz, Coligny commande 10 000 hommes à pied et remporte la victoire de Renty contre les Espagnols. Charles Quint lève le siège ; François de Guise, chargé de la défense de Metz, en tire toute la gloire mais Coligny est récompensé de ses actions par l’octroi de la charge et de l’état d’amiral de France.

Le conflit contre les Habsbourg continue, la trêve de Vaucelles de 1556 est rompue par le roi de France, et Coligny continue à combattre. Il reçoit l’ordre de défendre la ville de Saint-Quentin. Il s’y enferme mais est obligé de capituler quelques mois plus tard. Lui et son frère d’Andelot sont faits prisonniers. La campagne militaire est un désastre, les forces françaises sont malmenées malgré la reprise de Calais par le duc de Guise. Les belligérants sont fatigués et la guerre se solde par le traité du Cateau-Cambrésis, en 1559, qui rend Calais aux Anglais, consacre la fin des prétentions françaises en Italie et contraint la France à restituer les places qu’elle occupe en Flandre.

La conversion à la Réforme

  • L'Europe au temps de Charles Quint
    L'Europe au temps de Charles Quint © Musée protestant
  • Timbre représentant Charles Quint
    Timbre représentant Charles Quint © Collection privée

Le caractère de Gaspard de Coligny le prédispose au calvinisme. Grave et très croyant, il s’impose une discipline de vie très austère. Sensible à la parole de Calvin, il ressent des insuffisances spirituelles dans le catholicisme.

Son incarcération dans les geôles de Charles Quint de 1557 à 1559, avec la Bible pour lecture et le désespoir de la solitude et la maladie l’amènent à une crise mystique. Les exhortations de son frère d’Andelot et sa correspondance avec Calvin le convainquent de se convertir au protestantisme. Mais ce n’est que plus tard qu’il prend publiquement position pour le protestantisme.

Il retrouve la liberté après la signature du traité de paix du Cateau-Cambresis et en échange du versement d’une rançon. Il se réfugie en son château de Châtillon-sur-Loing.

Le chef des protestants

  • Henri II, roi de France
    Henri II, roi de France © S.H.P.F.
  • Colloque de Poissy (1561)
    Colloque de Poissy (1561) © SHPF
  • Théodore de Bèze (1519-1605)
    Théodore de Bèze (1519-1605) © S.H.P.F.

A la mort de Henri II en 1559, le clan des Guise prend le pouvoir et impose les mesures les plus radicales contre le protestantisme.  Les martyrs sont nombreux, celui de Anne du Bourg impressionne et choque tout particulièrement Coligny. La répression sanglante qui suit la conjuration d’Amboise (1560) pousse Coligny à afficher son adhésion à la Réforme. En juillet 1560, il présente à Catherine de Médicis et au roi François II les revendications des protestants, en particulier l’ouverture de lieux de culte. Il manifeste une hostilité grandissante aux initiatives que prennent les Guise et son opposition à leur politique religieuse et à leur gouvernement.

Bientôt, Coligny est reconnu comme un des chefs du parti réformé. Il joue un rôle important au Colloque de Poissy en 1562 où il fait inviter Théodore de Bèze. Malheureusement l’idée audacieuse de Catherine de Médicis de conciliation entre catholiques et protestants et la coexistence des deux religions au sein du Royaume, n’a pas de suite.

Cette tentative de coexistence ayant échoué, les guerres de religions commencent.

Les guerres de religion

  • Massacre de Wassy (52) le 1er mars 1562
    Massacre de Wassy (52) le 1er mars 1562 © B.P.U. Genève
  • Louis de Bourbon, prince de Condé
    Louis de Bourbon, prince de Condé © Wikimédia Commons
  • La Bataille de Jarnac, 13 mars 1569
    La Bataille de Jarnac, 13 mars 1569 © S.H.P.F.
  • Les places de sûreté en 1570
    Les places de sûreté en 1570 © Musée protestant

En 1562, les protestants vivent dans l’inquiétude d’une répression féroce des catholiques extrémistes sous l’influence des Guise. Le massacre de Wassy, est le premier débordement, d’autant plus grave qu’il est l’œuvre de François de Guise. Les protestants ne se sentent plus en sécurité et c’est le début de la première guerre de religion (1562 à1563).

Louis de Bourbon, prince de Condé, est l’âme et le chef de l’armée protestante. Coligny, éminemment légaliste, prend les armes contre les troupes du roi après une profonde réflexion sur ses devoirs de sujet et ses convictions religieuses. Il prend la tête de la cavalerie protestante. Afin de financer les troupes qu’il a sous son commandement, il signe avec l’Angleterre d’Elizabeth 1ère le traité de Hampton Court par lequel, en échange d’une aide financière, il lui cède le port du Havre en garantie de la restitution de Calais.

Après de nombreux combats, la mort d’Antoine de Bourbon et l’assassinant du duc de Guise, la première guerre s’achève par l’édit d’Amboise (1563) qui ne satisfait personne.

Pendant ces années de relative accalmie, Coligny partage son temps entre Châtillon et la cour. Il lance des expéditions vers le Nouveau Monde : Villegagnon (1510-1571) établit en 1555 une colonie protestante dans la baie de Rio. Il construit une citadelle qu’il nomme Fort-Coligny. La colonie disparaît après quelques années.

En 1562 Coligny favorise aussi l’installation en Floride d’un établissement par une force menée par deux protestants Jean Ribault et René de Laudonnière. Sous les coups des Espagnols et des Anglais cet effort de colonisation n’a pas de suites.

En 1567, éclate la deuxième guerre de religion. Coligny y prend sa part, en commandant les avant-gardes de l’armée de Condé. Anne de Montmorency, l’ancien protecteur des frères Châtillon est tué lors du siège de Paris, à Saint-Denis. Par le traité de Longjumeau en 1568, les protestants perdent leurs places de sûreté à l’exception de La Rochelle.

Le désarmement des protestants apparait comme une manœuvre de Catherine de Médicis quand, la même année, l’édit de Longjumeau est révoqué et la chasse aux protestants est lancée. Un peu partout on tue et pille. C’est une période noire pour l’amiral, il perd sa femme, Charlotte de Laval, (1530-1568)  dans l’épidémie de typhoïde qui frappe Orléans où elle s’est réfugiée, et il est contraint de s’enfuir de Châtillon. Les principaux chefs protestants vont se réfugier à La Rochelle à l’exception du cardinal, son frère, qui passe en Angleterre pour y trouver le soutien financier nécessaire à la lutte.

La troisième guerre de religion (1568-1570) voit la défaite des protestants à Jarnac (mars 1569) où Louis de Condé trouve la mort. Les troupes protestantes, maintenant sous le commandement de Coligny, sont victorieuses à la Roche l’Abeille, mais défaites à Moncontour. La suite de la guerre comporte de nombreuses  confrontations locales entraînant des massacres et des pillages atroces. Coligny  s’en justifie par la nécessité de représailles aux exactions des troupes du roi. Les armées protestantes parviennent à remonter jusqu’à La Charité-sur-Loire et, de là, à menacer Paris. Le roi finit par proposer la paix, signée à Saint-Germain en août 1570. C’est une victoire du camp protestant et de Coligny en particulier.

La mort de l’amiral

  • Catherine de Médicis (1519-1589), reine de France
    Catherine de Médicis (1519-1589), reine de France © SHPF
  • Henri III de Navarre et Marguerite de Valois
    Henri III de Navarre et Marguerite de Valois © Collection privée
  • Assassinat de Coligny (1572)
    Assassinat de Coligny (1572) © S.H.P.F.
  • Saint Barthélemy
    Saint Barthélemy © S.H.P.F.
  • Temple de l'Oratoire - Statue de Gaspard de Coligny
    Temple de l'Oratoire - Statue de Gaspard de Coligny © Fondation Bersier (Thibault Godin - 2016)

Coligny, dès lors, reprend une vie plus apaisée, se remarie en 1571 avec Jacqueline de Montbel, veuve du comte du Bouchage et rentre en grâce à la Cour.

Il continue à œuvrer pour la cause protestante. En particulier, il prend fait et cause pour les Pays-Bas, soumis à la répression des Espagnols catholiques, et milite pour une intervention française contre les Habsbourg. Catherine de Médicis y voit une tentative de renforcement du protestantisme et s’y oppose fortement. Le recrutement par Coligny de troupes pour combattre aux Pays-Bas, est un geste de désobéissance fatal. C’est ce qui entraîne le Conseil du roi à vouloir supprimer Coligny.

Le 22 août 1572 au sortir d’une partie de jeu de paume où il est entraîné par le roi, Coligny est blessé par un coup de feu tiré par le sieur de Maurevert. Ramené chez lui, rue de Béthisy (aujourd’hui rue de Rivoli) il reçoit la visite compatissante du roi. A ses amis qui le pressent de quitter Paris il oppose sa confiance dans la parole du roi, le souci de ne pas l’offenser et son refus de risquer de provoquer un retour de la guerre civile.

Dans la soirée du 23 août, le Conseil du roi décide de déclencher le massacre des chefs protestants. Ceux-ci, rassemblés à Paris pour le mariage de Marguerite de Valois et de Henri de Navarre, sont assassinés.

Coligny est défenestré, achevé et découpé en morceaux, lesquels sont exposés en différents lieux de Paris.

« L’assassinat de Coligny d’après Agrippa d’Aubigné (Histoire Universelle) : « Besme entre dans la chambre, trouve l’Amiral, sa robe de nuit sur lui, à qui il demande : « Es-tu l’Amiral ? ». La réponse fut « Jeune homme, respecte ma vieillesse » (…) Besme lui passa l’épée au travers du corps et, la retirant, lui met le visage en deux. Le duc de Guise demandant si la besogne était faite et Besme ayant répondu que oui, on lui commanda de jeter le corps par la fenêtre, ce qu’il fit. »

Parmi les principaux chefs protestants présents à Paris, seuls Henri de Navarre et Henri de Bourbon, prince de Condé, échappent aux massacres de la Saint-Barthélemy.

Elizabeth d’Angleterre, porte le deuil de l’amiral, les princes allemands protestants s’indignent, tandis que le pape Grégoire XIII et Philippe II d’Espagne se réjouissent ouvertement. En effet le camp protestant perd avec l’amiral une personnalité qui, par sa naissance et son talent de diplomate et de guerrier, a porté haut les couleurs de la Réforme en Europe.

Il faut noter que le beau monument représentant l’amiral au temple de l’Oratoire rue de Rivoli à Paris, réalisé par Gustave Crauk (1827-1905) porte une fausse date de naissance. Celle-ci n’a jamais été corrigée…

La dynastie régnante des Pays-Bas, les Orange-Nassau, descend de Coligny par sa fille Louise, épouse de Guillaume 1er  le Taciturne, stathouder de Hollande (1544-1584).

Bibliographie

  • Documents
    • AUBIGNÉ Agrippa (d'), La mort de Coligny | Fichier
    • D'AUBIGNÉ Agrippa, Coligny et sa femme | Fichier
  • Livres
    • BOURGEON Jean-Louis, L’assassinat de Coligny, Droz, Genève, 1992
    • Collectif, L’Amiral de Coligny et son temps, actes du Colloque de Paris (octobre 1972), SHPF, Paris, 1974, p. 795
    • CRÉTÉ Liliane, Coligny, Fayard, Paris, 1985

Notices associées

Parcours associés

Au hasard des notices