Frédéric Bazille (1841-1870)

Issu d’une famille protestante de banquiers montpelliérains, Bazille est l’exact contemporain de Cézanne (né en 1839), Monet (né en 1840), et Renoir (né en 1841).

L'ami des peintres

  • Frédéric Bazille (1841-1870), peintre impressionniste
    Frédéric Bazille (1841-1870), peintre impressionniste © Collection privée

Frédéric Bazille s’installe à Paris en 1862 malgré l’opposition de sa famille qui le pousse à faire des études de médecine ; il est très intéressé par l’art qu’il a découvert chez son voisin Alfred Bruyas, grand collectionneur.

Il se lie d’amitié avec les jeunes peintres de sa génération, et se passionne comme eux pour Delacroix, Courbet, et les peintres de Barbizon qui ouvrent des voies nouvelles. Il travaille dans l’atelier de Gleyre, puis à l’Académie Suisse où il rencontre Pissaro et Guillaumin.

Jouissant grâce à sa famille d’une confortable aisance matérielle, il est pour ses camarades d’une inépuisable générosité et sait les aider avec fidélité et discrétion.

Une brève carrière interrompue par la mort

  • F. Bazille, les lauriers roses
    F. Bazille, les lauriers roses © Collection privée

Plus qu’à la lumière des ciels mouillés d’Ile de France et de Normandie, Bazille est sensible à la forte luminosité de son Languedoc natal, qui tranche les plans et colore les ombres. Aussi, est-ce là qu’il situe la plupart de ses [glossary_exclue]œuvres[/glossary_exclude] de plein air, qui restent traditionnelles par la forme, mais inondées des belles lumières méridionales.

Certains analystes ont vu en Bazille la face huguenote et méridionale de l’impressionnisme, dont la vision n’obéit pas à la sensation immédiate, mais la juge, la raisonne et transmet aux personnages l’inoubliable sentiment du Temps retrouvé.

La Réunion de Famille (1867-1868) exposée au Musée de Montpellier, une de ses œuvres les plus connues, peinte sur la terrasse de Méric, la propriété de sa famille, montre un groupe de protestants montpelliérains qui sont tous identifiés.

Écarté des salons officiels comme tous les nouveaux adeptes de la peinture de plein air, Bazille forme avec eux dès 1867 le projet d’une exposition qui n’aura finalement lieu qu’en 1874. Mais il n’y participera pas, car engagé volontaire dans la guerre contre les Prussiens, il est tué à Beaune-la-Rolande en novembre 1870.

Bibliographie

  • Livres
    • CABANEL Patrick et ENCREVE André , Dictionnaire biographique des protestants français, de 1787 à nos jours, Editions de Paris - Max Chaleil, Paris, 2015, Tome 1 : A-C

Notices associées

Au hasard des notices

p
u
b
l
i
c
i
t
e