Caen (Calvados)

Dès 1533, les thèses luthériennes sont affichées à l’université de Caen. À la fin du siècle, 10 000 protestants sont dénombrés dans la généralité de Caen.

Le Temple de Bourg-l'Abbé, un temple hors de la ville

  • Temple de Bourg-l'Abbé à Caen (Calvados)
    Temple de Bourg-l'Abbé à Caen (Calvados) © SHPF

Comme l’exigeait l’Édit de Nantes, le temple de Caen se construit hors de la ville, à Bourg-l’Abbé (1611-1612), sur plan centré et à pans coupés, avec un double toit. Celui-ci est surmonté d’une petite tourelle abritant une cloche et couronné à chaque angle d’un pot-à-feu.

Chaque petit côté est constitué de deux travées, séparées par des pilastres d’ordre colossal, et percées d’une baie en plein cintre. Le long côté présente cinq travées dont une travée centrale plus grande dans laquelle s’ouvre la porte, surmontée d’un fronton curviligne, puis d’un pot à feu. À l’étage, on retrouve la même disposition.

Probablement surpris par cette forme inhabituelle pour un édifice cultuel, les catholiques le raillent et le traitent de « godiviau » et de « pâté ».

Détruit à la révocation de l’Édit de Nantes, seuls des documents nous permettent de le connaître aujourd’hui.

Caen (Calvados)

Bibliographie

  • Livres
    • DUBIEF Henri et POUJOL Jacques, La France protestante, Histoire et Lieux de mémoire, Max Chaleil éditeur, Montpellier, 1992, rééd. 2006, p. 450
    • LAURENT René, Promenade à travers les temples de France, Les Presses du Languedoc, Millau, 1996, p. 520
    • REYMOND Bernard, L’architecture religieuse des protestants, Labor et Fides, Genève, 1996

Notices associées

Au hasard des notices