Le cimetière protestant de Royan et ses monuments funéraires

Un cimetière protestant du XVIIIème siècle, encore en activité, au plein centre d’une ville touristique en expansion.

Une histoire à rebondissements

  • Cimetière de Royan (17)
    Cimetière de Royan (17) © Collection Passerault

Après la Révocation de l’Edit de Nantes, les protestants ne peuvent plus se faire enterrer que clandestinement. Mais le maréchal de Sennectère, nommé gouverneur de Saintonge en 1761, autorise les chefs de famille “non catholiques” à acheter en commun un terrain pour servir de cimetière. Ce terrain n’a pas été sécularisé à la Révolution et reste propriété indivise des dites familles

En 1835, le Consistoire protestant achète ce cimetière déjà très plein, qui restera sa propriété malgré une offre d’achat de la commune ; il en assurera l’entretien.

Mais hélas le 5 janvier 1945, la ville de Royan subit un terrible bombardement ; le tiers des sépultures du cimetière a été touché, et les tombes éventrées.

Dans le cadre de la reconstruction de la ville de Royan, on envisage de transférer le cimetière hors la ville. En 1949, le conseil municipal décide finalement de ne pas le déplacer ; aucune nouvelle concession ne sera accordée, mais les protestants qui y ont des caveaux pourront y enterrer leurs morts.

Les travaux de remise en état durent jusqu’en 1961.

Le cimetière regroupe sur une superficie de 4000 m2 454 concessions dont seuls 193 titulaires sont connus. 139 contribuent financièrement à l’entretien. 53 concessions abandonnées ont été remises à l’association cultuelle.

Actuellement, par son extension, la ville a englobé le cimetière, qui reste ainsi au centre de la ville, dans un habitat dense.

Certains monuments funéraires sont remarquables :

Les tombes traditionnelles

  • Cimetière de Royan (17)
    Cimetière de Royan (17) © Collection Barrau
  • Cimetière de Royan (17)
    Cimetière de Royan (17) © Collection Barrau

Creusées dans le sol et recouvertes d’une pierre tombale avec parfois à l’extrémité une stèle où est gravée l’épitaphe, à moins que ce ne soit sur la dalle elle-même. Les tombes les plus anciennes sont recouvertes d’inscriptions

Cippe

  • Cimetière de Royan (17)
    Cimetière de Royan (17) © Collection Barrau

Stèle funéraire où sont gravées une ou des inscriptions. Ici le cippe est orné de plusieurs symboles : aux angles, trois colonnes de vie avec la présence d’un feu dévorant ; au fronton, un sablier et deux ailes, symboles de la vie qui s’écoule et quitte la terre ; aux angles du fronton, des “cornes” qui évoquent l’autel des holocaustes (on retrouve aussi la présence de cornes sur les sépultures gréco-romaines)

Des "chapelles" : qui protègent les sépultures des intempéries

  • Cimetière de Royan (17)
    Cimetière de Royan (17) © Collection Barrau

Celle-ci est surmontée à chaque angle de petites couronnes de gloire et coiffée au sommet des quatre cornes de l’autel (voir ci-dessous). Sur chaque paroi latérale, une grande couronne de gloire entoure un oculus.

Des enfeux

  • Cimetière de Royan (17)
    Cimetière de Royan (17) © Collection Barrau

Ce sont des constructions au-dessus du sol, qui regroupent plusieurs alvéoles funéraires destinées à une même famille

Une rotonde

  • Cimetière de Royan (17)
    Cimetière de Royan (17) © Collection Barau

Sa base présente des emblèmes francs-maçons ; à l’intérieur du dôme se trouve une étoile rayonnante, ce qui indique avec certitude la tombe d’un franc-maçon ou d’un compagnon du Tour de France. Rappelons que sous Louis XVI, et particulièrement en Aunis et Saintonge, de nombreux protestants étaient affiliés à la franc-maçonnerie

Croix celtique associée à des emblèmes francs-maçons

  • Cimetière de Royan (17)
    Cimetière de Royan (17) © Collection Barrau

La croix celtique (croix dans laquelle s’inscrit un anneau) est un symbole du christianisme irlandais

Stèle "d'amour"

  • Cimetière de Royan (17)
    Cimetière de Royan (17) © Collection Barrau

Stèle ornée de deux anneaux (peut-être deux alliances) pris chacun dans le nœud d’un ruban, symbole du lien de deux vies unies par l’amour figuré par le cœur au centre

Stèle avec niche pour objets funéraires

  • Cimetière de Royan (17)
    Cimetière de Royan (17) © Collection Barrau
  • Cimetière de Royan (17)
    Cimetière de Royan (17) © Collection Barrau

Elle est ornée de “mains d’association”, symboles d’un sentiment très fort qui unissait le défunt à sa famille.

Elle porte une inscription, un verset de la Bible “Il y a plusieurs demeures dans la maison de notre Père”.

D’après le livre de William Barrau et avec son autorisation

Map

Notes to be discovered

a
d
v
e
r
t
i
s
i
n
g