Claude Goudimel (v. 1520-1572)

Claude Goudimel est l’un des compositeurs français les plus importants du XVIe siècle. Il crée une version polyphonique à quatre voix de 150 psaumes du psautier de Genève pour être chantée en famille. Cette version connaît un immense succès et est encore chantée aujourd’hui.

Biographie

  • Psaumes de David, mis en musique par Goudimel (1563)
    Die Psalmen Davids vertont von Goudimel (1563) © Collection particulière

Claude Goudimel ou Godimel est né à Besançon vers 1520. Sa présence est attestée à Paris en 1542 où il entreprend des études à l’université. Il occupe un poste de correcteur chez l’imprimeur Nicolas Du Chemin qui le prend ensuite comme associé. Il s’installe à Metz vers 1557.

Converti au protestantisme vers 1560, il s’intéresse aux textes et mélodies du psautier de Genève. Il est assassiné à Lyon lors de la Saint-Barthélemy, en 1572. Son corps est jeté dans le Rhône.

C’est un compositeur prolifique qui a composé des messes et motets pour l’Église catholique mais aussi de nombreuses chansons profanes. Il met en musique des poèmes de Ronsard et une ode à Michel de l’Hospital.

L'harmonisation des psaumes

  • Psaumes de David mis en musique par Goudimel (1561)
    Die Psalmen Davids vertont von Goudimel (1563) © Collection particulière

On parle souvent des psaumes de Goudimel. Pourtant Goudimel n’a pas créé les mélodies des psaumes, mais des versions polyphoniques à quatre voix ou plus. Il n’est d’ailleurs pas le seul musicien à avoir harmonisé les psaumes. Mais son harmonisation à quatre voix la plus simple, favorisant la compréhension du texte, (dite aussi note contre note) a connu un tel succès qu’elle a éclipsé un peu les autres. Il est d’ailleurs le seul à avoir harmonisé la totalité du psautier, c’est-à-dire les 150 psaumes mis en vers par Clément Marot et Théodore de Bèze.

Les autres versions polyphoniques de Goudimel (contrepoint fleuri ou motet pour quatre à huit voix) sont réservées à des professionnels et sont encore aujourd’hui chantées en concert.

Toutes ces versions polyphoniques des psaumes étaient réservées à l’usage privé. À l’église au XVIe siècle, le chant des psaumes était à l’unisson. Goudimel précise bien dans la préface de ses psaumes qu’il les a composés « non pas pour induire à les chanter en l’Église, mais pour s’esjouir en Dieu particulièrement es maisons ».

Calvin lui-même préconisait le chant des psaumes à la maison, en famille.

Les psaumes de Goudimel connaissent un immense succès. Ils ont été chantés tout au long de l’histoire du protestantisme, même pendant les périodes de persécutions. Ils sont encore chantés aujourd’hui.

Bibliographie

  • Bücher
    • PIDOUX, Pierre, Le psautier huguenot du XVIe siècle, Baerenreiter, Bâle, 1962
    • WEBER, Édith, La musique protestante en langue française, Honoré Champion, Paris, 1979

Dazugehörige Vermerke

Neue Vermerke entdecken

W
e
r
b
u
n
g